Beaumarchais

RéouvBP

2018 08 10 06h02 16

 

C’est peu de dire qu’il était attendu, le bureau de Poste. Depuis février 2015, la population des Épis devait se passer de ce service et se rendre en centre-ville pour effectuer toute opération postale. Un vrai souci, notamment pour les personnes âgées, dans l’incapacité de se déplacer. Mais pour la Poste, il n’était pas question de rouvrir sur place à cause du préjudice et du traumatisme des deux braquages subis par son employé aux Épis. D’abord en février 2013, puis en février 2015.

Une répétition qui avait abouti à la fermeture « pour une durée indéterminée » du local postal. « Il y avait une fragilité de ce bureau au départ, convenait lundi soir Richard ZGRZENDEK, le directeur régional de La Poste. Il n’y avait qu’un seul agent, en permanence pris à partie. »

« Un service public essentiel au cœur d’un quartier prioritaire de la politique de la ville. »

Face au refus de la Poste de rouvrir, les élus du Douaisis, le maire en tête, sont montés au créneau pour défendre « ce service public essentiel au cœur d’un quartier prioritaire de la politique de la ville ». « Il y a eu des réunions compliquées et houleuses », glissait Christophe Dumont qui affirme s’être battu pour obtenir le maintien du bureau.

Un accord a finalement été trouvé et le bureau, remis en état. D’abord à l’extérieur : « Nous avons refait la totalité de l’enrobé et posé des grilles pour la sécurité des convoyeurs », détaillait l’élu. Un investissement de quelques dizaines de milliers d’euros pour la commune. L’aménagement intérieur du local a été conçu par La Poste, avec un accueil plus chaleureux de la clientèle mais surtout plus sécurisé.

Plus de circulation d’argent dans le bureau

Désormais, il n’y aura plus de circulation d’argent dans le bureau. « Même s’ils le voulaient, les agents n’ont plus la faculté d’avoir accès aux fonds », expliquait la Poste. Concrètement, les clients pourront effectuer des dépôts et des retraits au distributeur automatique.

Pour les autres opérations, plus de caisse au guichet, mais une machine « qui rend la monnaie. » Un dispositif qui devrait assurer la sécurité des deux employés, chargés d’accueillir la clientèle. « Le dernier mot n’est pas resté aux délinquants », résumait le sous-préfet, Jacques Destouches invité lundi avec d’autres personnalités à découvrir le nouvel espace.

Ouvert du lundi au vendredi de 13 h 30 à 16 h 30.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 10/08/2018