VDN 260415 - Ecocitoyens

B equipe eco citoyenne 2
Eco citoyens 02

Pari tenu. Après deux ans de gestation, l’association Mieux vivre à Gayant (MVG) confirme l’engagement qu’elle avait rappelé en mars à ses bénévoles réunis en assemblée : lancer au printemps son équipe éco-citoyenne pour faire de la résidence Gayant un « quartier durable » où il fait bon vivre.

L’accouchement a pris un certain temps mais le bébé se porte comme un charme. Ou plutôt devrait-on parler de triplés. Pascal, Nassim et Jessy (trois garçons aux profils complémentaires) vont faire un bout de chemin ensemble sous l’égide de Mieux vivre à Gayant qui vient de leur confier une mission : incarner l’équipe éco-citoyenne de l’association pour « sensibiliser les habitants du quartier à la lutte contre les incivilités et faire remonter tout ce qui touche à leur cadre de vie. On pense aux jets de détritus par les fenêtres et aux dépôts sauvages aux abords des colonnes enterrées. Tout ça a fait beaucoup de mal à l’image du quartier », insiste Hervé BART, le président.

Embauché en contrat aidé, Pascal coordonnera l’action de Nassim et Jessy (en mission de service civique) qui joueront un rôle de médiateur basé sur le contact direct avec les habitants, véritable clé de voûte du dispositif. « La communication en prise directe, c’est le chaînon manquant entre les locataires, les bailleurs, et les élus. Le tri des poubelles, ça n’est peut-être pas la priorité des gens de la résidence qui pensent d’abord à remplir le frigo, mais c’est une dimension essentielle du vivre ensemble », fait valoir le secrétaire Amar Mouetter, cheville ouvrière du projet.

Fraîchement constituée, l’équipe a commencé à distribuer un questionnaire aux locataires pour les sonder sur leur approche du tri sélectif, premier pas vers une sensibilisation à l’environnement et à la citoyenneté. Au-delà de la sensibilisation des résidents aux enjeux de l’environnement, il s’agira aussi pour MVG d’attirer l’attention des élus sur le sort des familles en proie aux difficultés (logement, voisinage, précarité énergétique…). Une ambition noble que l’association espère inscrire dans la durée.

« Une équipe, pas une brigade »

L’association pensait la baptiser « brigade éco-citoyenne ». Ce sera finalement «l’équipe». «Brigade, ça faisait trop répressif, indique Amar Mouetter. On n’est pas là pour fliquer les gens mais pour les accompagner, apporter leur regard aux décideurs et élus locaux. On remontera à chaque fois qu’on le pourra les problèmes qui seront identifiés.»

Toutes les occasions seront bonnes

Les trois équipiers – ils profiteront de formations durant leur mission en lien avec NOREVIE ou encore le SYMEVAD, qui, avec la ville et la CAD, participent au financement du projet – feront feu de tout bois. Après avoir participé à la Journée verte, ils seront présents à la Fête des voisins, à la fête de quartier (le 6 juin), aux Restos du cœur, ou encore aux Boucles de Gayant. MVG aimerait étendre son action aux Nouvelles activités périscolaires, travailler à la valorisation des circuits courts et inviter les commerçants locaux à moins utiliser les plastiques. Bientôt un cabas jaune fluo?

L’espoir d’une convention

MVG espère signer à terme une «convention forte et unique» avec la Communauté d’agglo (qui gère l’enlèvement des déchets), la mairie, les bailleurs, l’Éducation nationale et le SYMEVAD (syndicat de traitement des déchets), «pour que chacun, à son niveau, et en fonction de ses compétences, s’engage dans un projet d’amélioration global du cadre de vie des habitants. Ça permettrait de mutualiser les moyens et d’éviter les doublons.»

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 07/04/2016