21ème Rapport Fond. Abbé Pierre

 

La France 6ème puissance mondiale et pourtant...

 

Crise du logement et inégaliltés :

le décrochage des couches populaires

 

Trois Français sur quatre jugent leur pays comme inégalitaire et même très inégalitaire pour plus d’un  quart  d’entre  eux  (28 %), d’après un sondage TNS Sofres réalisé en octobre 2015. Le logement leur apparaît comme la troisième source d’inégalités la plus grave (51 %) et la deuxième la plus répandue (58 %).

En France, la crise s’est traduite par une forte hausse de la pauvreté et des inégalités au cours  de la période 2008-2012. Le nombre de pauvres s’est accru de 800 000 personnes et la pauvreté touchait en 2014 8,6 million d’habitants,  soit  14,2 % de la population  française,  contre  13  % en  2008.  C’est  surtout  l’extrême-pauvreté,  à  40 % du revenu médian (660 euros par mois et par unité de consommation), qui affiche la remontée la plus marquée. Après avoir sensiblement baissé entre 1996 et 2002, elle est ensuite repartie à la hausse, pour atteindre 2,3 millions de personnes en 2012. Une augmentation vertigineuse de 69 % en dix ans.

Cette forte aggravation de la pauvreté au cours de la période récente, s’est accompagnée d’une hausse sans précédent des inégalités. Les inéga- lités augmentent depuis la fin des années 1990, mais jusqu’à présent elles étaient uniquement ti- rées par l’envolée des hauts revenus. Désormais, ce sont les pauvres qui décrochent, faisant entrer la France dans un nouveau régime des inégalités.

Or, « le logement n’est pas une île » : sans surprise, il reflète les inégalités sociales. Il est plus inquiétant de constater que le logement joue un rôle majeur dans l’approfondissement des inégalités et qu’il est au cœur du processus de décrochage  des  couches populaires.

 

 
 
Guide 5
 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 17/08/2016