Beaumarchais

Réhab B-G


<< Retour

Réhabilitation Res. Ch. Bourseul & C. Guérin

Bandeau rehab blog 01


 

Le jeudi 5 juillet 2018 a été marqué par le lancement officiel de la procédure de concertation avec les locataires de la Résidence Charles BOURSEUL, préalable à la mise en route du chantier de réhabilitation. Le 12 juillet 2018 ce fut le tour de la Résidence Camille GUERIN pour connaître le calendrier des travaux qui les concerneront.

Après avoir détaillé l’ensemble des travaux qui seront effectués, NOREVIE a enfin dévoilé sa politique en matière de loyers à la suite de la réhabilitation :

Pas d’augmentation de loyers à cause des travaux !

Depuis l’annonce concrète du projet il y a plusieurs mois, en particulier lors de la réunion du 1er juin 2017, nous avons fait savoir notre hostilité à toute augmentation de loyer pour financer la réhabilitation. Jusqu’à ce 5 juillet 2018 il était question d’une probable augmentation. Dès le début on voulait tâter le terrain ou préparer les esprits.

Pas de chance, l’INSEE annonce une reprise de l’inflation. L’Indice de Référence des Loyers (IRL) qui détermine les augmentations des loyers repart à la hausse. Il faut s’attendre à une augmentation sensible des loyers au 1er janvier 2019. (Voir notre article)

Ce n’est pas par démagogie que nous avons pris cette position. Depuis de nombreuses années (près d’une vingtaine) nous dénonçons les points noirs de nos résidences. En matière d’incivilités, de propreté, d’intrusions, de squat. Les vraies causes de déménagements anticipés.

Nous nous battons aussi contre la pousse invasive et galopante des arbres qui ont été plantés par des paysagistes incompétents ou imbéciles. A quoi servira une belle façade si nous ne la voyons pas à cause des arbres ? Combien de locataires ont préféré partir plutôt que de subir des étés sans soleil par l’incurie des gestionnaires et d’« écologistes démago-intégristes ». Y a-t-il une chance pour que l’on construise un lotissement dans un bois de marronniers ? C’est ce que l’on nous impose à Bourseul.

S’ajoute une prétendue mixité générationnelle à la sauce technocratique qui ne prend pas en compte l’évolution des comportements des familles face aux anciens qui ont reçu une autre éducation. Cette prétendue mixité générationnelle est en fait un habillage pour justifier la location des grands logements à des familles avec enfants qu’elles ne savent plus encadrer.

NOREVIE manque totalement de volonté et d’imagination dans ce domaine. Il existe des exemples de collocations, personnes âgées – jeunes qui partagent un appartement moyennant de menus services et surtout une présence rassurante. Les jeunes quant à eux trouvent un logement à prix réduit. C’est l’une des solutions à la location de grands logements dans des résidences à vocation séniors.

Droit au soleil

La pousse invasive des maronniers

Pour terminer ce florilège incomplet, abordons l’organisation de proximité - pensée de manière technocratique sans les locataires premiers concernés - incapable de célérité pour répondre aux besoins des résidents.

Une fois passée en revue cette liste non exhaustive des sujets de mécontentement, nous nous apercevons que les logements ne sont pas un sujet de mécontentement dominant. Alors ? Le bailleur NOREVIE traverserait-il une crise de générosité ?

Non ! Ne rêvons pas. Un jour un ancien Directeur m’a dit : « Nous, nous sommes des gestionnaires !» Tout est dit. Derrière les belles paroles enjôleuses le bailleur a les yeux rivés sur le taux de vacance des logements qui se traduit par des pertes financières. Des locataires vont aussi se plaindre en Mairie et cela ne plait pas aux élus alors que les élections municipales se profilent.

Pourtant le traitement des nuisances, occasionnées par les arbres envahissants, se heurte à des considérations politico-écolos dont nous faisons les frais.

En tant que locataires de Bourseul-Guérin nous ne pouvions, par-dessus le marché, accepter une augmentation de loyer pour des réparations à la charge du bailleur et qui ont été différées pour les intégrer à une réhabilitation pour laquelle les locataires pourraient facilement être mis à contribution.

Depuis 40 ans peu de travaux d’envergure ont été menés. On se souvient de changement de chaudières en 2003 et 2004 pour Bourseul. Des changements de fenêtres avec un faible pouvoir isolant. La pose de douches ici ou là, avec une fiabilité limitée. Les travaux de toiture de l’immeuble Chappe qui fuyait.

C’est pour toute ces raisons que nous avons combattu sans concession une augmentation des loyers qui aurait pénalisé des locataires aux revenus déjà modestes et aussi les autres qui ont subi les difficultés évoquées plus haut depuis de nombreuses années.

Des résidences beaucoup plus dégradées que les nôtres attendent des travaux depuis des années sans rien voir venir…

Quoi qu’il en soit nous avons été sensibles à cette décision importante et positive pour nos locataires. Nous y mettons autant d’ardeur à la saluer que nous aurions mis pour combattre l’augmentation des loyers,

Nous avons appelé les locataires à voter massivement

pour le projet :

Cliquez sur ce lien pour ouvrir l'affichette <<

une occasion comme celle-là ne se reproduira pas !  

Certains locataires qui n’ont pas assisté à la réunion sont sceptiques.

Il n’y a aucune générosité derrière cette décision mais une stratégie politico-commerciale.

Ne nous laissons pas endormir par des belles paroles faussement généreuses… Restons vigilants !

Depuis près de vingt ans des locataires, qui aiment leur résidence, se battent bénévolement pour préserver le cadre de vie commun.

Assez d’individualisme, d’égoïsme et de chacun pour soi !

Agissons avec la CGL, proposons et luttons ensemble

pour défendre nos  intérêts et nos droits.

 


 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.