Chauffage Ras l'Bol (suite)

Ne prenez pas les locataires pour des idiots !

 

La gestion du chauffage collectif ne répond pas aux attentes des locataires notamment à la Résidence Gayant et aux Couronnes où chaque année le problème revient. Chaque année les locataires doivent se mobiliser pour espérer se faire entendre. Chaque année aussi Prestataire et Bailleur répondent par des données statistiques qui n’apportent rien de concret et aucune amélioration dans les logements.

Il aura fallu une pétition spontanée de locataires excédés pour qu’une réunion soient organisée le 10 février dernier.

La situation n’est pas simple. Tous les locataires ne sont pas « logés à la même enseigne » selon que leur immeuble ait été réhabilité ou non, qu’il soit situé entre deux logements chauffés et son orientation par rapport à l’ensoleillement.

Cette disparité se traduit par des fenêtres ouvertes par ici et des gens mal chauffés ailleurs.

La réponse qui consiste à refaire des contrôles de températures est une opération de diversion qui vise à gagner du temps jusqu’à la belle saison et l’an prochain il faudra recommencer. C’est ce qui se passe aux Couronnes aux Epis-Sin le Noble.

De plus les mesures de températures se sont avérées non fiables, des appareils n’ont pas réagi à des ouvertures de fenêtres la nuit tant à Gayant qu’aux Couronnes.

Plusieurs locataires sont venus avec des relevés inférieurs aux températures réglementaires.

Il faut tenir compte du ressenti des habitants avant les relevés de températures. Il faut également rechercher les causes. Tous les logements ne peuvent être réhabilités en même temps. Le bailleur n’en a pas les moyens et techniquement il faut des délais plus ou moins longs pour démarrer une opération.

En attendant il faut agir là où c’est possible comme une vérification des joints de fenêtres qui s’avère efficace.

Il faut tirer les leçons de ce conflit d’intérêt et de sa pérennisation.

L’association MVG par son Secrétaire Amar MOUETTER a apporté son soutien aux locataires. Par l’intermédiaire de ses médiateurs et bénévoles elle reçoit régulièrement les doléances des locataires à propos du chauffage.

Les élus de quartier ont un rôle à jouer. L’intervention de Mohamed KHERAKI, Adjoint au Logement de Douai a été pertinente, forte et appréciée par les habitants. Il a dit « stop ! Je ne veux plus voir des températures de 14 à 17 degrés dans les logements alors que la température réglementaire est de 17 à 19 degrés. C’est au bailleur et au prestataire de se débrouiller ».

Cet épisode montre encore une fois l’inefficacité de la communication de proximité, notamment à Gayant. Il aura fallu qu’un article de presse paraisse pour que NOREVIE écoute enfin les locataires. Dans d’autres domaines qui les touchent c’est le même fossé qui apparaît entre les locataires mécontents et le bailleur. Il serait plus efficace pour l’image sociale, que veut donner le bailleur, de mettre en place des rencontres régulières pour discuter des problèmes d’actualité comme le propose la CGL et comme cela se passe dans d’autres résidences.

Et maintenant ? Une timide avancée est peut-être possible avec la proposition de mettre en place un Comité de Suivi qui réunirait les forces vives du quartier et tous ceux qui veulent agir dans ce sens. Là où des réunions de locataires ont lieu régulièrement les conflits sont rares.

Elu des locataires NOREVIE et de Gayant en particulier, je souscris à cette idée qui va dans le bon sens. Nous veillerons à ce qu’elle ne soit pas jetée aux oubliettes.

 

 

 

Cliquez sur l'image pour

l'agrandir >>>

 

chauffage communication grogne

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau