Beaumarchais

Inadmissible!!!

Trait marron

 Retour 1 |  Commentaire 1 |Bas de pages 1 |

Trait marronAssez des 16

Trait marron

Auteur article admin 1

Administrateur locataire élu, j’ai toujours été interpellé par le sort réservé à la résidence des Couronnes à Sin le Noble, près de DOUAI, par le bailleur NOREVIE. Mais il a fallu du temps pour tisser des liens avec les habitants. Dans la foulée de l’élection de fin 2014 contact a été pris avec Sandrine SEBILLE (native des Couronnes). Elle souhaitait mon aide pour lutter contre le mal-vivre dans cette résidence dégradée et délaissée. Depuis nous avons cofondé une association : Bien Vivre aux Couronnes. Certains travaux ont été réalisés, trop lentement, vu l'urgence (toitures, VMC, portes d’entrées) mais le principal grief des habitants est vite apparu comme étant la qualité du chauffage aggravée par une mauvaise isolation, la qualité des fenêtres, la VMC. Des travaux sont prévus mais ils attendent le bon vouloir des politiques publiques et sont sans cesse reportés. Il est inadmissible que les principaux soucis tournent autours du chauffage alors que le quartier est desservi par une chaufferie urbaine performante et durable à la biomasse qui chauffe jusqu’à l’Hôpital proche.

Autre alibi pour alimenter la tiédeur pour une réhabilitation rapide, une faible attractivité du quartier due à sa mauvaise image construite sur la récurrence de squats et de faits divers. A ce propos on peut s'interroger sur la volonté des Pouvoirs Publics pour éradiquer cette délinquance qui squatte tranquillement les halls, défoncent les boîtes à lettres et agresse les locataires qui dérangent leur trafics. La Police se ridiculise par des incursions aussi spectaculaires qu'inéfficaces.

Chaque hiver, montent les réclamations sur les températures ressenties et le malvivre que cela leur apporte. Nous avons constaté que NOREVIE imposait une baisse sensible du chauffage la nuit en prétextant que cela était imposé par la Loi (2015-992 dite de « Transition énergétique pour une croissance verte » constitutive du Code de l’Energie).

Selon les responsables de NOREVIE impliqués dans ce domaine cette loi imposerait une température de 16° maximale la nuit. A contrario les habitants se plaignent d’une température excessive le matin au moment où chacun part vaquer à ses occupations. Ceux qui restent, après avoir grelotté toute la nuit ou avoir dormi emmitouflés sont surchauffés et ces beaux messieurs et dames qui passent voyant les fenêtres ouvertes, car il faut bien aérer le logement, pensent que les gens ont trop chaud et n’ont pas à se plaindre. Comme je le répète souvent il est facile pour ces gens de NOREVIE de donner des leçons, coupés des réalités, ayant bonne conscience en repartant le soir dans leur quartier tranquille.

Depuis 2015 nous entendons cette rengaine censée tout règler : c’est la Loi !

Avant de contester cette situation et le pénible ressenti des habitants, nous nous sommes demandé comment cette loi pouvait maltraiter autant les habitants déjà surpénalisés par des logement « passoires énergétiques ». On pouvait s’imaginer que le bailleur connaissait son sujet pour imposer drastiquement une baisse de chauffage unanimement dénoncée par les habitants.

Et bien non ! Le troupeau a suivit l’imbécile qui a dit le premier qu’il fallait ramener la température à 16 degrés la nuit.

Pour appuyer cette thèse il fallait prouver aux locataires qu’ils se trompaient en se plaignant. C’est là qu’intervient le fameux « Ressenti ». « Vous n’avez pas froid c’est une sensation de froid ». Evidemment les locataires se sont plaints du manque de chaleur. Pour les faire taire on fait des contrôles : on pose des thermographes sur les armoires à plus de 2m et on arrive facilement à 21 degrés. Est-ce qu’on vit à hauteur d’armoires ?

NOREVIE, chacun reconnaîtra les siens, trompe ainsi ses locataires des Couronnes par légèreté ou par négligence en ignorant ses obligations réelles face à la Loi :

Relevé de température par thermomètre enregistreur:

Leila commente la photo :

Thermometre

«Voici !!! la tempérture ce matin et les autres jours ça ne dépasse pas 16°. Voilà les températures que j'ai chez moi depuis septembre 2018 et là on est en 2019. Je demande le remboursement intégral de l'année.»

La photo de gauche illustre bien l’ampleur du problème. Un relevé de moins de 15°. Les habitants doivent (essayer) de dormir emmitouflés. Des enfants sont fréquemment malades. Personne à NOREVIE ne se soucie de cela. C’est bien à 19 degrés qu’est fixée la température de référence des logements dans toutes les pièces de jour comme de nuit. De plus, le Code de l’Energie précise que les contrôles de température doivent être effectués au centre de chaque pièce, à 1,50m du sol. La température ne doit pas dépasser 19 degrés en moyenne en dehors des périodes d’inoccupation sans mention d’un maximum de 16 degrés la nuit. Qui n’est mentionnée que pour les bâtiments inoccupés. On ment aux locataires ou on est incompétent.

Jusqu’à présent, à partir de 16 heures les radiateurs sont froids et les soirées sont glaciales. Comment faire confiance à ces charlatans qui savent nous abreuver d’un discours social et qui bradent la santé des personnes fragiles sans le moindre sentiment de culpabilité ?

Un courrier de la CGL59 a été déposé au Secrétariat du Directeur Général pour lui demander réparation. Le contenu de la lettre est téléchargeable [ici].

Nous demandons simplement l’application de la Loi. Comment les collaborateurs de NOREVIE peuvent-ils exercer leur mission sans état d’âme et sans s’interroger ? On peut dire sans exagération que certains collaborateurs font preuve d’un détachement coupable vis-à-vis des locataires. Toujours prêts, comme dans le sketch de Coluche, à leur signifier comment ils peuvent se passer de ce qu’ils demandent. Suivent-ils scrupuleusement les consignes données ou font-ils preuve d’un zèle coupable vis-à-vis des locataires ? Ces « clients » qui financent leur salaire ? Non ! Monsieur le Directeur votre service de proximité n’est pas aussi performant que vous le prétendez. On mesure ici l’incongruité d’une présence des locataires dans la recherche d’une meilleure proximité de NOREVIE avec ses « clients ».

Les Couronnes sont un lieu de vie auquel beaucoup d’habitants sont attachés. Pourtant la gestion de cette résidence est un désastre social. L’incertitude permanente pesant sur son avenir, la menace de disparition de services publics, l’incapacité des pouvoirs publics à éradiquer la délinquance et les squats sources de dégradations et d’insécurité. Les délais sans cesse repoussés d’une réhabilitation indispensable. Les hypothèses de démolition partielle ou totale - face au manque d’attractivité lié à la réputation du quartier et entretenu par des faits divers récurrents – tout cela participe à créer un climat social contradictoire et morose.

Trait marron

Haut de pages

 

Ajouter un commentaire