Bourseul-Galère

Publié le 14 juin 2017

L’approche de l’été s’annonce chaud pour les locataires de Bourseul. Un concours de circonstances malheureuses leur fait vivre une véritable galère.

Un disfonctionnement du réseau électrique à propos duquel les techniciens se perdent en conjectures et qui empoisonne le quotidien des habitants. Des coupures d’électricité à répétition empêchant la réception de la TNT a gâché le week-end de Pentecôte de beaucoup de locataires. Arrêts inopinés des ascenseurs, locataires inquiets d’être incarcérés, parties communes dans le noir, chaudières à l’arrêt et plus d’eau chaude rien n’a été épargné.

C’est dans ce contexte qu’une visite de la résidence s’est déroulée réunissant le DG de NOREVIE, M. BRENOT et M MAZY Adjoint au Maire du quartier, le service Valorisation du Patrimoine, auxquels des habitants se sont joints pour exprimer leur ras le bol de cette situation.

Qui est responsable de cette situation ? Le manque de professionnalisme de certaines entreprises qui envoient la « brigade HLM » plutôt que leurs meilleurs techniciens ?

Aux dernières nouvelles il ne s’agirait pas d’un problème de puissance insuffisante au niveau de l’armoire électrique. L’attention se tourne vers les ascenseurs ou une chaudière défectueuse. Cela n’est pas réjouissant car plus les causes possibles sont nombreuses plus le délai de réparation augmente.

Le jeudi 1er juin avait lieu la réunion semestrielle des habitants locataires avec leur bailleur NOREVIE et les partenaires : Police Nationale, LOGISTA, le Comité de Quartier. Une assistance nombreuse s’est pressée dans la salle et les derniers arrivés sont restés debout.

La Police Nationale a été sollicitée pour déterminer si elle peut verbaliser les stationnements sauvages en vertu de l’arrêté municipal n° 94 du 5 mars 2003 et la répartition territoriale avec la Police Municipale.

L’entreprise LOGISTA fait l’objet de beaucoup de critiques sur le respect des rendez-vous, les délais d’intervention et la qualité du travail. Les deux représentants se sont efforcés à répondre aux critiques tant bien que mal. Ont-ils convaincu l’assistance rien n’est moins sûr. Surtout le locataire qui s’est vu infliger une facture de gaz de plus de 2000 € en plus de ses versements mensuels à cause de sa chaudière après plus de 30 interventions du multiservice. Cette chaudière aurait dû être changée. Il a fait une demande d’indemnisation auprès du bailleur.

A propos des ascenseurs, en plus des pannes d’électricité, c’est un chantier de rénovation qui démarre. Les ascenseurs vont être rénovés mais cela va entraîner un arrêt technique de près de 4 semaines. Bref la galère va continuer encore quelques temps… Même si un service de portage de courses est mis en place par NOREVIE…un minimum.

Autre chantier en attente : celui des arbres. De plus en plus d’habitants souffrent d’un manque de clarté dans leur logement. Invoquer « Le droit au Soleil » serait légitime. N’en déplaise aux écolos intégristes pour qui couper un arbre serait pire que de vivre dans la pénombre. Il y a quelques années, des espaces verts entretenus par la Ville mais sur l’emprise foncière de NOREVIE ont été rétrocédés. Lors de la réunion du 1er juin un doute a été installé par un plan cadastral qui s’est avéré heureusement obsolète. Tous les espaces verts sont bien la propriété de NOREVIE et le bailleur peut en disposer librement. Il ne s’agit pas de supprimer tous les arbres mais de trouver un compromis entre clarté et verdure. Ce ne devrait pas être si difficile avec un peu de compréhension.

La propreté dans la Résidence est un point sensible qui met à mal sa réputation. Il apparait que le nettoyage n’est pas satisfaisant tant en qualité qu’en régularité. Cela suscite beaucoup de gêne de la part des résidents notamment lorsqu’ils reçoivent des invités. Certains locataires sont responsables de malpropreté en jetant leurs mégots à même le sol ou dans les escaliers, D’autres les jettent sur la terrasse du voisin du rez-de-chaussée. Un pot d’étoupe s’est même enflammé. Nous sommes confrontés aussi à plusieurs cas de personnes jetant des restes de nourriture par la fenêtre.

Pour réduire la vacance de logements, NOREVIE a décidé d’avancer la réhabilitation de la résidence prévue en 2019 d’une année. Mais ce qui est moins réjouissant c’est que le représentant du service chargé des travaux s’est attaché à préparer les esprits à une augmentation des loyers dans le style camelot vendeur de casseroles…

Les locataires dans leur majorité ne pensent pas que l’état des logements soit le principal critère pour expliquer le désintérêt des demandeurs de logement ou du départ anticipé des résidents.

Ce sont plutôt les soucis développés plus haut et d’autres comme le sentiment d’insécurité alimenté par les intrusions, les comportements asociaux de plus en plus de nouveaux entrants. La prétendue mixité générationnelle issue de cerveaux technocratiques coupés des réalités de terrain. Tous ces locataires qui se considèrent en terrain conquis parce qu’ils paient un loyer sont à des années-lumière de la solidarité et du souci de l’autre et davantage encore des personnes âgées ou en position de faiblesse.

Ils sont le produit d’une société de compétition sociale et de laissés pour compte. Rien ne changera en faisant la morale…Rien ne changera parce que la loi empêche toute sanction envers un locataire qui ne respecte pas son contrat de location. Dans ce contexte la mixité générationnelle est vouée à l’échec et pire se sont les plus fragiles qui seront les plus impactés.

La politique des loyers devrait déjà être revue compte tenue de la qualité du service rendu. Parler d’augmentation de loyer à l’occasion d’une réhabilitation qui consiste à faire payer aux locataires actuels le gros entretien qui n’a pas été effectué depuis des années est inacceptable voir provocateur.

OUI A UN DEDOMAGEMENT POUR SERVICE NON RENDU

NON A L’AUGMENTATIONS DES LOYERS.

La CGL appellera à refuser un projet de réhabilitation assorti d’une augmentation de loyer, d’autant plus fermement, que les points concernant le contexte social ne seront pas traités avec efficacité.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau